Télévercorin

Pour que subsiste le village touristique

&feature=youtu.be

Le 12.12.2012 à 12h12 était mise en service la nouvelle télécabine acheminant les skieurs de Vercorin au Crêt du Midi, un peu plus d’une année après le rachat du capital action à des privés par la commune de Chalais. Il n’est pas courant qu’une collectivité publique de plaine s’investisse de la sorte pour le maintien de l’activité économique d’un village de montagne. Pas acquis d’avance qu’elle obtienne l’appui de sa population en monnaie sonnante et trébuchante. Guère usuel non plus qu’un dossier de remplacement d’une remontée mécanique puisse aboutir en si peu de temps, alors que la procédure et le chantier peuvent durer de trois à quatre ans. Quelles sont les motivations qui ont poussé les édiles de la commune de Chalais à prendre des risques notoires dans la belle aventure?  

«Il y a un équipe extraordinaire dans cette commune, qui croit en cette région.» Dany Perruchoud

« Cela aurait été un gros risque que de ne rien faire et de perdre cette concession en 2016, se remémore Dany Perruchoud, président du Conseil d’Administration de Télévercorin. Si nous avions réagit à la dernière minute, nous aurions très certainement dû nous orienter vers un autre tourisme. Ce n’est pas nécessairement impossible, mais cela aurait représenté une transition trop courte pour passer d’une activité hivernale, qui représente le 60 à 70% du chiffre d’affaires des commerces, à une activité d’été. Faire quelque chose était dans l’intérêt de l’ensemble de la commune. Avec ses deux villages de plaine, elle est quand même très orientée vers le tourisme, vers Vercorin et ses cinq mille lits. C’est le plus grand village d’Anniviers, où habitent six cents personnes à l’année. » Une population de montagne comme de plaine qui s’est laissée convaincre et a mis la main au porte-monnaie. « La commune a d’emblée été claire avec ses citoyens, précise Alain Perruchoud, son président en fonction. En mettant un montant de 3 millions de francs, nous avons insisté pour que les privés s’engagent aussi à raison de 3 millions. Nous avons eu la bonne surprise de voir cette participation privée se chiffrer à 4 millions avec l’arrivée de neuf cents nouveaux actionnaires. On avait travaillé avec la population pendant plus d’une année avant l’assemblée primaire. Il fallait ensuite que l’on aille très vite, profitant de la dynamique créée au sein de la commune pour que les gens investissent et s’engagent pour la nouvelle remontée mécanique. »

Lire la suite dans le livre