PhytoArk, Conthey

Une nouvelle ère pour les plantes médicinales

&feature=youtu.be


« Nous faisons de la science à partir de la tradition, constate Christian Abbet, modestement, mais le sourire aux lèvres. J’ai toujours été intéressé par les plantes alpines et leur énorme potentiel curatif. Dans le cadre d’une thèse en biologie pharmaceutique à l’université de Bâle, j’ai eu la chance de pouvoir interviewer des valaisannes expertes dans le domaine des plantes médicinales et aromatiques. Cet héritage de nos grands-mères constitue un énorme patrimoine, une tradition en voie de perdition qu’il s’agit de recenser, de transformer en connaissances modernes et d’exploiter. »  



Pharmalp: de l’héritage de nos grands mères...
Christian Abbet compare ses méthodes de travail à celles de la grande industrie pharmaceutique, qui procède à d’immenses et coûteux screening: « Vous testez dix mille substances différentes en espérant tomber sur un bon candidat. En Valais on peut s’appuyer sur toute la tradition de nos ancêtres, qui ont utilisé telle plante contre tel mal. Nous obtenons ainsi un screening plus précis, avec plus de succès à la clef. » Le docteur en pharmacie s’occupe de la recherche et du développement de produits à base de plantes alpines au sein de la société Pharmalp, une start-up installée sur le jeune site de PhytoArk, dernier né des sites technologiques encouragés par la fondation the Ark. Christian Abbet a été recruté par Philppe Meuwly, un biologiste non seulement formé en économie, mais riche de douze années d’expérience dans la recherche en biologie végétale, puis de quinze années dans la pharmaceutique. À ses côtés oeuvrent sept collaborateurs, sous la conduite de la co-fondatrice de l'entreprise, dotée d’expérience dans l’export de compléments alimentaires. Le propos sûr et concis de Philippe Meuwly démontre que l’objectif est clairement établi pour cette équipe prometteuse: « Nous sommes partis de besoins du marché, qui nous ont été évoqués par des pharmaciens ou des médecins. Nous avons cherché les solutions naturelles, validées scientifiquement, que nous pourrions leur mettre à disposition. Il s’agit d’incorporer ces extraits dans des produits finis, qu’ils soient cosmétiques, des compléments alimentaires ou de la phyto-pharma. Nous pouvons pour cela nous appuyer sur tout le savoir faire de la HES-SO de Sion, de l’Agroscope et de Mediplant, actifs depuis deux à trois décennies sur le site de Conthey. Lire la suite dans le livre