Lugaia

Des membranes au service de l’industrie pharmaceutique

Viktor Schnyder


« Pouvoir proposer à mes clients une solution à leur problème, voilà ce qui me motive. Cela me comble chaque fois de plaisir et me convainc de continuer sur la voie de l’emballage de produits toxiques dans des membranes en matière synthétique. Le fait d’avoir eu cette idée ici, chez Lugaia, demeure très motivant ; très peu d’entreprises proposent de telles solutions. » Ancien collaborateur de Burgener AG, chez qui il a œuvré durant une dizaine d’années, issu de l’école d’ingénieurs de Sion, Viktor Schnyder s’est mis à son compte en 2006. Il a commencé par louer une place de travail et deux collaborateurs à son ancien employeur avant de s’établir sept ans plus tard dans une nouvelle halle industrielle de Rarogne, bien propre et bien à lui. Tous deux collaborent encore puisque plusieurs machines d’emballage conçues par Burgener AG ont recours aux membranes de Lugaia. Deux spin off de la Lonza en quelque sorte, qui ont fait leur preuves dans le domaine des hautes technologies et volent de leurs propres ailes depuis déjà pas mal de temps. « Lugaia est enchantée de pouvoir travailler en recherche et développement avec les usines Lonza, mais ne réalise que 10% de son chiffre d’affaires avec elles ; le reste se fait auprès d’autres clients en Suisse et à l’étranger. Ceux-ci vont de Novartis à Roche, en passant par des industries françaises, allemandes voire iraniennes. »

Lorsque le dialecte haut-valaisan contribue à rendre les relations commerciales encore plus fructueuses.

Une membrane synthétique pliée à l’infini
Viktor Schnyder a le ton pragmatique d’un homme de terrain ; aux fenêtres de sa salle blanche, il ne laisse pas filmer le processus de fabrication qu’il a développé et, bien sûr, breveté. « Plier une membrane synthétique à l’infini peut paraître simple mais ne l’est pas vraiment. »

Suite à lire dans le livre Valais Passions