Debiopharm Group

Esprit de famille... esprit de start-up


«Quelles sont vos aspirations?» Alors que je viens l’interroger au sujet du groupe de recherche pharmaceutique Debiopharm qu’il a créé il y a trente-cinq ans à Lausanne, c’est le Dr Rolland-Yves Mauvernay qui me questionne avec curiosité. Malgré ses nonante ans passés, le «perpétuel étudiant» a le regard toujours dirigé vers le futur et la foi en la jeunesse: «Les jeunes font la grandeur de quelque chose! Lorsque je suis venu faire du ski à Crans-Montana dès 1969, en bon Auvergnat j’ai rencontré des Valaisans à ma portée, dans un pays à ma mesure. Dès 1979, grâce à mon regretté ami François Molnar et malgré le fait que le Valais était alors un désert technologique, j’ai constaté qu’il y avait tout ce qu’il fallait pour créer une vallée des jeunes. Pilote passionné de petits avions, je pouvais aussi profiter de l’aéroport de Sion pour me rendre dans toutes les régions voisines.» Alors qu’à l’âge de 58 ans de nombreuses personnes préparent plutôt leur retraite, Rolland-Yves Mauvernay crée une société de recherche pharmaceutique dans un garage situé en face de la gare de Martigny-Bourg. Docteur en médecine, en biologie, bactériologie et pharmacie, excusez du peu, il vient de revendre ses laboratoires de même type à Riom, en Auvergne, et s’entoure de cinq scientifiques pour centrer ses nouvelles recherches sur l’interféron. «J’ai consacré toute ma vie à la maladie et aux malades. En 1981, il était plus facile d’être généraliste et d’associer la biologie et la chimie pour se lancer dans la recherche, à l’image des médecins généralistes qui savent un peu tout mais ne peuvent concevoir un médicament. Mais il faut être humble pour faire de la recherche, réaliser tout ce que vous ne savez pas même si vous avez tous les diplômes. Il faut surtout savoir s’entourer. Ceux qui sont ici autour de moi savent, tous ensemble, beaucoup plus que moi. D’autant plus qu’aujourd’hui notre métier s’est diversifié et est devenu d’une incroyable complexité.»

«Il faut voir le verre à moitié plein pour qu’on puisse le remplir!»  Rolland-Yves Mauvernay

Le devoir citoyen pour un certain soleil de vie
Trois décennies plus tard, le Docteur Mauvernay transmet à son fils Thierry Mauvernay un groupe de 220 personnes, réunies sur les sites d’administration et de recherche à Lausanne, au laboratoire R&D Unit situé à l’école Polytechnique Fédérale, ainsi que 130 collaborateurs supplémentaires travaillant sur une unité de recherche, mais surtout de production située au coude du Rhône. «Nous sommes peu visibles en Valais parce que nous ne commercialisons pas nous mêmes les produits fabriqués à Martigny.

Suite à lire dans le livre Valais Passions