Bühler Électricité SA

Pour que passe le courant

&feature=youtu.be


Alors que j’ai rendez-vous avec son directeur Jean-Marc Rogivue, je cherche l’enseigne de Bühler Électricité SA dans la banlieue industrielle de Monthey. En vain. Aucun signe ostensible sur le bâtiment moderne. « Le bon entrepreneur est celui qui entreprend, pas celui qui se met en valeur, m’affirme le patron, qui finalement me guide au téléphone. Dans le monde industriel prévaut le dicton : Pour vivre heureux, vivons cachés. » Pas d’enseigne donc pour cette entreprise qui emploie une cinquantaine de collaborateurs, actifs dans la conception et le montage d’installations électriques domestiques et industrielles, de tableaux électriques de tous genres et d’installations énergétiques sophistiquées. Pas d’enseigne, mais une façade Sud entièrement recouverte de panneaux solaires, tout comme ses toits. « Depuis décembre 2011, notre centrale solaire produit 90 Megawatt par année, plus que l’ensemble de la consommation de notre bâtiment, me démontre non sans fierté Jean-Marc Rogivue, en pointant vers les onduleurs. L’été on se réfrigère avec l’eau de la nappe de la ville de Monthey, l’hiver cette eau fait marcher une pompe à chaleur au travers des échangeurs; avec cela on chauffe le bâtiment qui a une surface de 800 mètres carrés. » Bienvenue dans le monde de l’efficacité et de la fiabilité énergétique, qui se targue de « mobiliser uniquement les neurones utiles et nécessaires à la réalisation précise et orchestrée d’une tâche ; jamais plus, jamais moins. »

 « La durabilité d’une entreprise, c’est les jeunes ! » Jean-Marc Rogivue

Une économie tournée vers la Suisse romande et l’exportation
Ancien directeur de Radio Chablais, le journaliste Claude Defago m’a donné les coordonnées de cette entreprise représentative de l’esprit d’ouverture qui règne dans le Chablais, aussi bien vaudois que valaisan; une économie qui travaille avec l’ensemble de la Suisse romande. « Lors de notre création en 1982, nous avons volontairement tourné le dos au marché de la construction des stations touristiques, alors en plein boom, pour nous concentrer sur les besoins spécifiques de l’électricité dans le domaine industriel. Une décision que nous sommes loin de regretter trente ans plus tard, quand on voit les incertitudes qu’affronte le milieu de la construction dans les vallées latérales. Par ses grandes industries, le Chablais est plus tourné vers l’exportation que vers le seul tourisme. Syngenta, Basf, Huntsman, Nestlé, Tamoil, l’EPFL, etc.: nous avons acquis beaucoup d’expertise dans notre métier par ces gros clients qui nous alimentent tous les jours. Nous ne nous contentons pas de poser des panneaux solaires, mais développons des concepts énergétiques complets, des solutions sophistiquées, clefs en main. »

Suite à lire dans le livre Valais Passions