Urs Imhof, moutonnier

Le moutonnier, sa chienne et le loup en embuscade

&feature=youtu.be

Bettmerhorn, au-dessus de Bettmeralp, 2’500 mètres d’altitude, un beau jour de septembre. La télécabine extirpe du brouillard une dizaine de bergers et leur dévoile une couronne de sommets ensoleillés. Symbole de cette vaste région montagneuse devenue Patrimoine Mondial de l’Unesco en 2001, le long glacier d’Aletsch sommeille encore sous leur regards. Urs Imhof, Florian, son employé pour un été, et quelques amis partent à la recherche de leurs moutons sur le flanc nord escarpé de la montagne. Marchant calmement aux côtés de son maître, la chienne Ela observe le décor. Elle s’impatiente presque, les oreilles dressées, dans l’attente du premier ordre de la journée. Eleveur depuis son enfance comme l’a été son père, Urs donne ses instructions: «Markus, tu es en forme, va tout au fond ramener ceux qui, hier, nous ont échappé. Reinhard, réunis le gros du troupeau et attends-nous sur les bords du petit étang, là-bas...» Réunir quatre-cents moutons éparpillés sur tout un versant ne s’improvise guère; mieux vaut se hâter lentement car, faute de précautions, on risque de repousser les moutons plus loin encore. Le calme, la détermination au moment opportun sont nécessaires pour réunir Nez noirs et Blancs des Alpes dans un seul troupeau. Le pied doit aussi être alpin sur ces touffes d’herbes humides et les rochers parfois recouverts de rosée. Huit éleveurs haut-valaisans ont confié leurs bêtes à Urs et à Florian pour l’estivage, prenant garde de marquer chacun d’entre eux d’une tache de couleur spécifique. Chacun espère retrouver tous ses moutons, mais Florian a récemment  découvert deux carcasses dans un pierrier assez proche... Loup, y as-tu été? Pas le moment de se poser trop de questions!


Réuni la veille, le gros de la troupe se laisse sagement conduire vers le sentier à mi-coteau, sans hâte, gagnant ci et là quelque touffe de fétuque. Apparaissent alors quelques têtes noires bien haut dans la montagne, déterminées à grimper encore. Trop tôt pour désalper à leur sens! Urs et Ela remontent les pentes dévalées il y a peu, contournent prudemment les bêtes et tentent de les faire changer d’avis. Sous les ordres d’Urs, les déplacements d’Ela s’avèrent persuasifs. La chienne Border Collie excelle dans la conduite des bêtes. Une bonne heure plus tard, quatre centaines de moutons s’acheminent à la queue leu leu sur le sentier pédestre bientôt noyé dans le brouillard. Il était temps! Le troupeau est parqué à proximité de la station de Bettmeralp, pour un jour d’attente avant sa séparation.

Suite à lire dans le livre Valais Passions