Sarah Furrer, vétérinaire

Aux petits soins du gros bétail

« Pour moi, le Valais typique est tout simplement à l’écurie!» Femme vétérinaire, fille de vétérinaire, Sarah Furrer est tombée dans l’étable quand elle était petite. Elle a beaucoup observé son père au travail et en a très certainement adopté quelques-unes des méthodes de travail. Redoutablement efficace, elle place chaque seringue, gant et médicament dans la poche appropriée de son ample tablier, qui permet même de glisser une sonde dans le cou. Il faut aller vite et droit au but au moment de l’intervention «pour ne pas trop faire souffrir l’animal.» Ces vaches fières ne lui rendent pas toujours ses égards, réagissant d’une patte énervée lorsqu’elle draine un de leurs trayons ou sonde les fins fonds de leur matrice. Point de chichis néanmoins pour cette jeune femme, habituée aux pratiques des étables et aux réalités du monde paysan. «Travailler avec les animaux est un métier très gratifiant, et collaborer avec des gens passionnés par leurs bêtes procure encore plus de joie. Ces Hérens leur sont très chères. Ils les ressentent, savent d’où elles viennent et connaissent toute leur ascendance. Lorsque l’une d’elles est malade, il leur tient à coeur d’entreprendre quelque chose. Ils sont prêts à investir plus de moyens financiers dans leur guérison que pour une vache laitière, pour laquelle le vétérinaire doit veiller à ne pas être trop dépensier. Être un élément de cette passion me procure beaucoup de satisfaction. Se sentir utile lorsque les éleveurs m’expriment leur gratitude fait aussi du bien.»


« Pour moi, le Valais typique est tout simplement à l’écurie!»


Sortie de formation il y a trois ans à peine, Sarah n’a pas hésité à rentrer au pays après un an dans la campagne zurichoise. Elle est fort bien placée pour juger l’attachement des hommes à leurs bêtes. En Haut-Valais, le mouton à nez noir occupe le haut du podium affectif, suivi dans la vallée de Saint-Nicolas par la chèvre à col noir puis par les vaches de la race d’Hérens...

Suite à lire dans le livre Valais Passions