Stéphane Pillet, Vétroz

Une carrière de paysan polyvalent

&feature=youtu.be

Parler agriculture en Valais ne saurait se concevoir sans évoquer la figure charismatique et joviale de Stéphane Pillet, de Vétroz, qui exploite un domaine dépassant de beaucoup la surface moyenne suisse par exploitation. «Quand j’ai fréquenté Châteauneuf, avec Mr Zufferey, c’était l’ère de la spécialisation. Ou tu faisais la vache, ou les vignes, ou les arbres... Je n’avais pas beaucoup de travail. J’ai demandé au directeur si je pouvais suivre toutes les branches. Il ma dit que je ne pourrai jamais tout faire dans ma vie, mais il m’a laissé aller... J’ai passé tous les examens et puis voilà.» Stéphane suit la même idée durant toute sa carrière, avec succès puisqu’à côté de ses nombreuses vaches, il récolte du blé, du seigle, du raisin, des pommes, des carottes et des cerises, pour autant que cette liste soit exhaustive! «Si tu n’as qu’une branche, comme on dit dans le jargon, tu as une plus belle vie; mais ce n’est pas important pour moi. Ce qui compte c’est que mon exploitation tourne bien et que j’aie du plaisir à ce que je fais. Ma santé et ma famille me motivent au quotidien. Je vis comme cela et ne pourrais pas vivre autrement.»

Une grande exploitation, bâtie sur le capital humain
Après l’école d’agriculture, Stéphane démarre avec une dizaine de vaches et trois hectares reçus de son père. Tous deux collaborent à merveille durant quarante-cinq ans, «le père à l’alpage et moi en plaine, sans se chicaner. À Vétroz, on avait nos champs là où maintenant règnent les villas.» Stéphane peut compter sur sa femme Marie-Noëlle, détentrice d’une maîtrise agricole, pour gérer les lourdes tâches administratives et construire, petit à petit, son vaste domaine. Il le fait à la sueur du front, «jour et nuit durant les vingt premières années», mais toujours avec un large sourire et avec générosité envers ses collègues...

Suite à lire dans le livre Valais Passions